La Vierge de Bruges Poche – 17 mars 2010 Patrick Weber Le Masque 2702434894 TL2702434894

La Vierge de Bruges Poche – 17 mars 2010 Patrick Weber Le Masque 2702434894 TL2702434894

Livraison gratuite de plus de €27.00
Article # 138295

 (7 Avis)

€1.68


Après avoir bien aimé "Le pénitent de Paris", quelle fut ma déception de subir cet ouvrage !. Il ne se passe rien, les répétitions sont nombreuses. On se perd souvent dans des descriptions inutiles. Je trouve le style bon mais c'est absolument tout. Quant à l'histoire ?.... confuse, sans intérêt.
By Utilisateur libre 19 avril 2013
Bon roman, très bien écrit et parfaitement documenté sur le plan historique. l'expédition s'est avérée très rapide et efficace ! parfait !
By olivier roullet 8 juin 2015
Totalement raté à mon avis! Les personnages n'ont aucune épaisseur et ont l'air d'être faits de bouts et de morceaux assemblés sans logique. L'auteur a dû vouloir créer le suspense à tout prix... et le résultat est que tout est confus et décousu. Je me disais que tout se mettrait en place à la fin, que les indices s'emboîteraient de façon logique et qu'on se dirait "bon sang mais c'est bien sûr, quelle habileté!", mais -coup de théâtre de pacotille- le héros reçoit une lettre qui lui donne le fin mot de l'histoire -comme c'est commode... Et là dessus est bricolée une "simili happy end" totalement niaise et improbable où tous racontent longuement leur histoire après avoir refusé catégoriquement de dire plus d'une demi-phrase sibylline au long du livre... A part les connaissances -indéniables- en histoire de l'art de l'auteur, il n'y a rien à sauver dans ce polar! C'est dommage: Bruges au temps des primitifs flamands, je m'en délectais d'avance...
By H. Camille 5 août 2010
Pour qui connait Bruges, c'est un agréable roman qui fait revivre une époque que nous aurions aimé connaitre avec ses peintres et ses intrigues.Un récit clair et que l'on lit avec plaisir.Une intrigue policière originale.Un héros sympatique dont on a envie de suivre les aventures à venir.
D'un point de vue ironique :Etonnante actualité sur cette propension des puissants à imposer les créateurs de richesse marchands et entrepreneurs et à ces derniers à tenter d'échapper à leur rapacité.
By adam pierre 18 août 2012
En cette année 1475, les riches brugeois tentent par tous les moyens d'échapper aux lourds impôts que prélève Charles le téméraire pour financer sa guerre contre la France. Mais ces soucis financiers ne concernent pas le jeune Pieter Linden tout heureux de commencer son apprentissage chez le célèbre peintre, Hans Memling. Alors qu'il voudrait se consacrer seulement aux petits bonheurs de l'atelier, il est rattrapé par des évènements se déroulant en ville. Une jeune fille de bonne famille vient d'être retrouvée morte assassinée et le riche florentin Lorenzo Rienzi arrive à Bruges, mandaté par ses compatriotes pour vérifier les comptes du banquier Tommaso Portinari. Entraîné par son oncle dans les méandres d'un terrible complot, Pieter va mettre sa vivacité d'esprit et sa débrouillardise au service de la vérité.

Une évocation de la vie dans l'atelier d'un peintre flamand, une intrigue "politico-historico-policière" et un crime ne suffisent pas à faire un bon polar historique. Patrick Weber a les connaissances, le sujet, le lieu, l'époque mais il n'a pas réussi à les exploiter de manière suffisamment romanesque et prenante pour produire un bon roman. C'est embrouillé, pas assez fouillé et ,au final, c'est une déception. Un roman qui se lit vite, sans laisser de traces durables et qui ne vaut que pour l'évocation de Bruges au XVè siècle...Dommage!
By Sandrine57 15 mai 2016
Une intrigue policière qui se déroule dans le milieu de la peinture à Bruges. Les personnages sont sympathiques, on passe un bon moment, mais rien non plus d'inoubliable...
By JeanneD 11 novembre 2013
Une belle intrigue qui se situe à Bruges, grande ville bourgeoise du 15è Siècle. C'est l'époque où la ville est richissime, où Charles le Téméraire mène ses campagnes et a donc besoin d'argent. C'est dans cette atmosphère qu'une jeune fille appartenant à la bourgeoisie est retrouvée étranglée. Un jeune homme, apprenti-peintre dans l'atelier de Memling mène l'enquête.
By Van Haute Marie Clair 16 juin 2010